Rechercher le contact d'une entreprise
  Actualité
2ème édition de la Journée de l’entreprenariat et leadership féminin : La JCI pour l’épanouissement des femmes burkinabè
La Jeune Chambre Internationale Ouaga Mètba (JCI/Ouaga Mètba) organisé la deuxième édition de la Journée de l’entreprenariat et leadership au féminin, ce samedi 23 août 2014 sous le thème : « Femme et (...)
Civisme fiscal : le Ministère en charge des droits humains sensibilise les acteurs économiques
Le Ministère des droits humains et de la promotion civique organise, les 18 et 19 août 2014 à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso, un atelier-pilote de formation des acteurs économiques sur le civisme (...)
Banque BICIM-Mali : Une scandaleuse affaire de 800 millions fait bruit !
Hamadoun Boré, directeur commercial-entreprise de la banque BICIM est derrière les barreaux. A l’origine, le détournement d’une somme de 800 millions de Fcfa par le comptable de la société ‘’Cissé (...)
 Lettre d'information
Inscrivez vous à notre lettre d'information pour recevoir l'actualité de l'entreprise et nos astuces au quotidien
Votre E-Mail:


 Publicité

  Publi-Reportage / L'Entreprise du mois


 Publicité

 Nous suivre sur Facebook



  Publicité

Accueil du site > Espace entreprise> Gestion - Finance - Comptabilité > Gestion de trésorerie en entreprise : deux paramètres clés à surveiller de (...)

Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail Enregistrer au format PDF  

Gestion de trésorerie en entreprise : deux paramètres clés à surveiller de près

mardi 20 novembre 2012, par Burkinapmepmi.com

La gestion de la trésorerie est la pierre angulaire de l’activité de toute entreprise et va impacter sur son activité et sa performance. Le contrôle et la maîtrise des flux d’argent permettent de maintenir l’équilibre financier de la société et d’anticiper sur les éventuels manques de liquidités ou toute situation susceptible de générer un risque économique. Comptables et financiers doivent donc continuellement garder un œil sur les indicateurs et outils permettant un pilotage optimal de la trésorerie. Quels sont donc les paramètres à surveiller de près dans cette gestion de la trésorerie ?

Fonds de roulement et besoin en fonds de roulement (BFR) :

Le fondement même de la gestion de trésorerie réside dans la gestion et la détermination des besoins en fonds de roulement.

Lors du démarrage de l’activité d’une entreprise, cette dernière est dans l’obligation d’avancer des dépenses indispensables pour son activité.

Ces dépenses ne seront compensées qu’ultérieurement lors de vente de produits ou de prestation de services. Les fonds de roulement sont donc les montants d’argent requis pour le financement du cycle d’exploitation de l’entreprise avant toute entrée d’argent générée par son activité. La différence entre le montant des dépenses de fonctionnement et les recettes à percevoir ultérieurement définit le besoin en fonds de roulement (BFR). Ainsi, il correspond à un montant défini de la trésorerie devant être accessible en permanence pour remédier à cet écart. Les délais de paiement des clients et des fournisseurs sont à prendre en compte dans la détermination de ce BFR.

Calcul et financement du besoin en fonds de roulement :

Pour calculer le BFR, l’entreprise doit chiffrer ses besoins en termes de : stocks produits, stocks de matières premières, coût de production (salaires et charges, consommables, factures…), créances clients et factures fournisseurs à régler. Un montant moyen est chiffré pour chaque paramètre.

Le montant moyen des créances fournisseurs déduit de la somme de ces montants détermine exactement le besoin en fonds de roulement. Pour une estimation générale évitant le risque des mauvaises surprises, il est courant de chiffrer ces besoins à leur niveau maximal (en pointe d’activité saisonnière ou annuelle). Il est judicieux de faire tous ces calculs en retenant les montants TTC qui permettent de prendre conscience de l’impact de la TVA sur la trésorerie. L’entreprise ne rembourse la TVA sur ses achats que lorsqu’elle en perçoit de ses clients.

Les apports d’une entreprise en début d’activité sont généralement le capital social, les comptes courants d’associés, des subventions ou des prêts. Avec le temps et la solidité de son activité, elle pourra négocier des crédits fournisseurs et des délais de paiement, ce qui va diminuer le BFR. En absence de capitaux suffisants, la société peut faire appel à une intervention bancaire (découvert, escompte…) ou des financements alternatifs (affacturage, financement des achats…). Une fois les financements requis en place, il importe de suivre l’évolution du BFR.

Ainsi, fonds de roulement et BFR sont les fondements de la trésorerie. Qu’en est-il des autres paramètres clés ?

Petite-entreprise.net



ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE
  1. Trésorerie : la quête au trésor de l’entrepreneur
  2. Amortissement dégressif : définition et calcul
  3. Quatorze méthodes de tarification adoptées par les PME
  4. Les 5 erreurs pour couler votre boîte
  5. Stratégie d’externalisation dans les PME
  6. Comptabilité d’entreprise : 7 conseils de comptabilité pour les petites entreprises
  7. Qu’est-ce que le capital-risque ; est-il approprié pour mon entreprise ?
  8. Planification : Pourquoi 1 sur 3 entreprises fait faillite dans les 3 premières années
  9. Innovation dans l’entreprise
  10. La gestion des talents dans les PME