Accueil > Espace entreprise> Dossiers - Etudes - Analyses > Quand le travail vous épuise - Le burn-out touche surtout les bons éléments (...)
Quand le travail vous épuise - Le burn-out touche surtout les bons éléments d’une entreprise
24 juin 2017
Version imprimable de cet article

Depuis longtemps, le burnout n’est plus exclusivement un syndrome de cadre stressé. Au contraire, il se rencontre dans presque tous les métiers et activités. Des experts nous signalent que le risque de burnout existe même chez des travailleurs à temps partiel, mais n’est souvent pas diagnostiqué dans ce contexte.
Les causes du burnout sont multiples : manque ou excès de sollicitation, trop peu ou pas de compliments, sentiment « d’être mal traité », perte des contacts sociaux, sentiment de perte de contrôle et conflit de valeurs.
Le syndrome du burnout ne touche rarement qu’une seule personne du lieu de travail, selon les experts

AVIS D’EXPERT. Cadres, patrons d’entreprise, auto-entrepreneurs, professions libérales et une bonne partie de vos collaborateurs, nous sommes tous des victimes potentielles du burn-out, c’est-à-dire d’un état d’épuisement professionnel total.

Fatigué(e), découragé(e), démotivé(e)… tout n’est plus aussi rose au bureau et vous avez du mal à vous lever chaque matin. Attention, vous êtes peut-être touché par le burn-out, ce fameux syndrome d’épuisement professionnel. Comment redresser la barre et retrouver l’énergie nécessaire ?

En 1980, un psychanalyste américain, Herbert J. Freudenberger (1927-1999), sortait un livre sur un phénomène d’épuisement professionnel qu’il nomma burn-out. Ceci en référence à un "incendie intérieur" : comme pour un immeuble dans lequel le feu aurait pris, il peut laisser les gens vidés intérieurement mais d’apparence intacts…

Un stress permanent

Dans le détail, les victimes de cette maladie professionnelle vont s’épuiser mentalement et physiquement en essayant d’atteindre des objectifs irréalisables ou d’accomplir des tâches insurmontables. Le burn-out semble souvent survenir tout d’un coup, pourtant il est le résultat d’un processus lent, d’une tension continue durant de longs mois ou années jusqu’à l’épuisement.

Tous concernés

Personne n’est à l’abri de ce syndrome. Et pour cause, la pression est de plus en plus forte, les exigences de plus en plus poussées et le risque de se retrouver sans travail bien réel. Certains aspects de la personnalité peuvent parfois "prédisposer" au burn-out : une plus forte propension à l’anxiété ; une conscience professionnelle trop poussée ; le perfectionnisme ; le désir de plaire ; l’incapacité à déléguer… Certaines professions du milieu médical, de l’enseignement ou du social entre-autres, semblent plus exposées.

Pour comprendre ce syndrome, l’éviter et le soigner, nous avons rencontré Pascale Polizzi, conseillère en gestion du stress installée à Paris. Elle vient de publier un livre en version numérique sur le sujet : « No-Stress, No-Burn-out ».

A lire et relire pour éviter cette « maladie » qui coûte très cher.

Qui a découvert ce syndrome d’épuisement par le travail et l’a catalogué ainsi de : brûlure interne ou consumation intérieure ?

Il s’agit d’Herbert J. Freudenberger, aujourd’hui décédé (1927-1999). Ce psychologue et psychothérapeute américain a été le premier à décrire dans les années 70-80 les symptômes de l’épuisement professionnel. Il les a notamment étudiés sur des bénévoles qui travaillaient à aider des toxicomanes. Au bout d’un certain temps, ces personnes venaient à lui sans aucune énergie et plus du tout de motivation.

Comment survient un burn-out ?

En général, il découle d’un état de stress chronique lié à un surmenage permanent, mais plus seulement. Aujourd’hui des causes d’accélération et d’aggravation sont multiples : peur du licenciement, comme d’avoir à licencier, affres de l’échec, tracas administratifs, pression des délais et de la concurrence, manque de reconnaissance, difficultés à hiérarchiser ses priorités, fil à la patte des nouvelles technologies, smartphones notamment, qui permettent d’être replongé dans une ambiance de travail à tout moment…

Y a t-il des personnes plus exposées que d’autres à se brûler les ailes ?

Sur les trois millions d’actifs menacés en France par ce syndrome, ce sont les bons éléments les plus exposés. Ils ont une conscience professionnelle, s’investissent beaucoup, à la limite du perfectionnisme, et exigent d’eux-mêmes plus que le nécessaire. Dans les postes à grande responsabilité, ces boulimiques de l’engagement souffrent du défaut majeur de ne pas savoir toujours bien déléguer.

Quels sont les symptômes du burn-out ?

Ils sont nombreux et très insidieux. Au départ, on se sent simplement fatigué, puis l’anxiété s’insinue progressivement en laissant libre cours à un comportement irritable, à des problèmes de concentration et des troubles de la mémoire. Le burn-out peut aussi occasionner une envie de dormir constante, l’impossibilité de se lever du lit, des maux de tête, des douleurs musculaires.

Il faut comprendre que la personne touchée ne récupère plus. Elle a trop puisé dans ses ressources internes et n’a plus la capacité de les reconstituer avec du sommeil ou du repos même prolongé. Un burn-out met plusieurs mois à disparaître et même jusqu’à une année, voire plus dans les cas critiques.

Comment le prévenir ?

L’hygiène de vie est déterminante. La pratique sportive, un bon sommeil et une alimentation équilibrée en sont le socle. Il faut aussi séparer vie privée et vie sociale du monde professionnel avec des barrières étanches. En cas d’alerte, la relaxation par la pratique de disciplines adaptées s’avère salutaire.

Certaines grandes entreprises comme Google et IBM offrent en ce sens des séances de yoga à leur personnel. La micro sieste de 5 à moins de 20 minutes et la sieste flash donnent de très bons résultats pour récupérer. Être bien entouré par sa famille et ses amis compte aussi énormément, ainsi que le fait d’avoir un propre passe-temps.

Et comment le soigner ?

Un accompagnement thérapeutique et un suivi psychologique sont souvent indispensables. De notre côté, nous développons la médiation corporelle pour reprendre conscience de soi, se réapproprier son moi intérieur. Cela passe par des mouvements de certains types et leur ressenti. On peut aussi travailler sur des symboles. Le but est de déconnecter le cerveau gauche, celui qui est rationnel et mental, pour réapprendre à se servir du droit.

Reconnaître les signes


Comment savoir si vous êtes momentanément fatigué ou si vous souffrez de burn-out ? Plusieurs signes peuvent vous mettre la puce à l’oreille, notamment s’ils sont présents depuis quelque temps :

- Vous vous fatiguez plus facilement et avez souvent des difficultés pour vous lever le matin.

- Vous travaillez de plus en plus alors que votre rendement diminue constamment ;

- Vous avez l’impression que vos efforts sont rarement remarqués ;

- Vous avez une attitude plus désabusée ;

- Vous oubliez parfois vos rendez-vous ;

- Vous êtes plus irritable ;

- Vous voyez de moins en moins votre famille et vos amis intimes.

Mais bien sûr ces signes ne sont ni nécessaires, ni suffisants pour déclarer que vous souffrez de burn-out. En fait les manifestations de ce trouble varient grandement d’un individu à l’autre.

Mesures préventives

Le syndrome du burnout peut être prévenu par un sommeil suffisant, une alimentation équilibrée, beaucoup d’exercices physiques et éventuellement, de la méditation ou des techniques de relaxation. Par ailleurs, la variété et les contacts sociaux contribuent à trouver un meilleur équilibre entre travail/stress et détente/loisirs.

Pour améliorer la situation professionnelle, l’organisation du travail doit être bien définie (missions, explication des processus) ; les états de surcharge de travail et de manque de travail seront mieux répartis. Des spéculations sur une éventuelle perte d’emploi peuvent ainsi être écartées d’emblée.

Dans l’intérêt de l’entreprise et de l’employé, des questionnaires anonymes devraient être distribués régulièrement aux employés pour détecter d’éventuels facteurs de risque pour le syndrome de burnout au sein de l’entreprise.

Par Burkinapmepmi.com | Extraits web





DE LA MÊME RUBRIQUE...




FINANCES

Devises
Matières Premières

Cours des matières premières fournis par Investing.com France.
Bourses (BRVM)