Accueil > Actualité > Contrefaçon médicamenteuse : 400 tonnes de produits saisis, 3 chinois au (...)
Contrefaçon médicamenteuse : 400 tonnes de produits saisis, 3 chinois au parquet
13 mars 2017
Version imprimable de cet article

L’Unité de lutte contre la criminalité transnationale organisée (UCT) a incinéré le jeudi 9 mars 2017, 400 tonnes de médicaments contrefaits estimées à 500millions de FCFA. Cette usine à l’apparat d’une imprimerie disposait d’une salle d’impression pour l’emballage des médicaments, un laboratoire médical avec des produits chimiques et un entrepôt servant à conserver les médicaments contrefaits.

Ces faux médicaments sont composés de sirop, thé, gèle gynécologique, des comprimés, des formes injectables, suppositoires, des antibiotiques, des antalgiques, des aphrodisiaques. Du matériel de fabrication de médicament a été également saisi.

Avant l’incinération au cimetière d’Abobo-Baoulé, M Adomo Bonaventure, directeur général de l’UCT a rappelé le processus de cette saisine opérée par son équipe le 18 février 2017 : « Comme nous avons en charge le trafic contre la contrefaçon qui est en même temps un organe de renseignement d’enquête et d’opération, nos spécialistes en terme de renseignement ont mené des enquêtes qui ont abouti à saisir une usine clandestine de produits illicites » située à la Riviera Abatta qui proliférait des odeurs nauséabondes et toxiques depuis un moment.

Cette usine à l’apparat d’une imprimerie disposait d’une salle d’impression pour l’emballage des médicaments, un laboratoire médical avec des produits chimiques et un entrepôt servant à conserver les médicaments contrefaits.

Si la saisie de ces produits est une victoire pour le directeur de cette unité mise sur pied il y a seulement deux mois, l’arrêt des auteurs de cette activité illicite qui perdure depuis un an dans ce quartier chic d’Abidjan est un trophée remporté. M Adomo s’est réjoui du fait que les 3 présumés propriétaires de l’usine de nationalité chinoise ont été arrêtés et transférés « au paquet qui suit l’affaire actuellement.

Pour l’heure, nous ne savons s’il y a des ivoiriens impliqués dans cette affaire. La suite des enquêtes nous donnera plus d’information ».

En outre, M Adomo a annoncé que les membres du réseau national de lutte contre les faux médicaments ont décidé à l’unanimité de porter plainte contre ces trois malfrats. Il a saisi l’occasion pour interpeller les populations ivoiriennes : « je parle à mes frères et sœurs ivoiriens. Ce genre de médicament n’est pas bénéfique à notre santé. Aujourd’hui, nous voyons plusieurs personnes souffrir d’insuffisance rénale, d’AVC et bien d’autres maladies. Ces faux médicaments sont la cause de ces maux. Nous ne savons pas quel procédé chimique ces individus utilisent pour faire ces médicaments. Alors si vous avez un problème de santé, allez vers les hôpitaux ».

« Nous avons été mandatés par le Président Ouattara pour lutter contre la criminalité organisée, trafic de drogue, d’arme, des espèces protégés, végétal trafic d’or et d’arme, la contrefaçon, le trafic de terre comme en mer. Alors nous sommes prêts à mettre fin aux activités illicites qui entre dans nos missions », a conclu Adomo Bonaventure.

Moise Bokbi | Lebabi.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.





DE LA MÊME RUBRIQUE...




FINANCES

Devises
Matières Premières

Cours des matières premières fournis par Investing.com France.
Bourses (BRVM)