Rechercher le contact d'une entreprise
  Actualité
Planor-Cesse Kome : le Mali s’était couvert
Suite à la réattribution de la troisième licence télécom du Mali au groupe Planor, Cesse Kome, patron de Koira Telecom, initialement membre du consortium vainqueur, sort ses griffes. L’État malien, (...)
Monnaie unique CEDEAO
Le club des étudiants en Master macréconomique appliquée et finance internationale (MAFI) et le Magazine ‘’Défis Economiques’’, ont organisé le samedi 26 juillet 2014 à Ouagadougou une conférence publique (...)
La Junior Achievement Africa aura lieu en décembre
La compétition continentale qui verra s’affronter des centaines de jeunes entrepreneurs venus de 17 pays d’Afrique se tiendra à Libreville durant le dernier mois de l’année en cours. Les autorités (...)
 Lettre d'information
Inscrivez vous à notre lettre d'information pour recevoir l'actualité de l'entreprise et nos astuces au quotidien
Votre E-Mail:


 Publicité



 Publicité

 Nous suivre sur Facebook



  Publicité

Accueil du site > Actualité > Régime foncier rural : Valider les textes pour rendre la loi opérationnelle

Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail Enregistrer au format PDF  

Régime foncier rural : Valider les textes pour rendre la loi opérationnelle

lundi 6 février 2012, par Burkinapmepmi.com

Dans le souci de permettre une application effective de la loi n° 034-2009/AN du 16 juin 2009 portant régime foncier rural, la Direction générale des Impôts a élaboré trois projets de textes complémentaires aux huit décrets d’application de ladite loi adoptés en 2010 par le gouvernement. C’est pour améliorer et valider ces textes réglementaires que se tient du 2 au 3 février 2012 au Conseil burkinabè des chargeurs (CBC) à Ouagadougou, un atelier national regroupant environ 72 participants. L’ouverture de cet atelier a été présidée par le Secrétaire général (SG) du ministère de l’Economie et des finances, (MEF) Tibila Kaboré.

Projet de décret portant fixation de la taxe pour la délivrance de l’attestation de possession foncière rurale ; projet de décret portant fixation de la taxe de non mise en valeur des terres acquises à des fins d’exploitation à but lucratif ; projet de décret portant autorisation de perception de recettes relatives aux prestations des services fonciers communaux. Tels sont, entre autres, les textes soumis à l’appréciation des participants composés de maires des communes, de chefs traditionnels et coutumiers, de receveurs des domaines et de la publicité foncière, des représentants de la société civile, etc. Pour le SG du MEF, Tibila Kaboré, il s’agira pour les participants pendant les deux jours, d’examiner et de valider les 3 projets de décret ; d’assurer la cohérence de ces projets de décret avec les lois et règlements en vigueur régissant le foncier rural ; d’impliquer tous les acteurs concernés par le foncier, etc. La sécurisation foncière des acteurs ruraux, a-t-il relevé, est une condition incontournable pour un développement économique et social durable. Selon M. Kaboré, le développement rural est considéré comme la base principale du développement économique durable. Il a exhorté les participants à faire preuve d’assiduité et de rigueur durant les deux jours d’échanges afin d’apporter les contributions pertinentes nécessaires à la mise en place d’une stratégie de prévention de la sécurisation foncière. Il a fait savoir que c’est dans le souci de permettre un accès équitable aux terres rurales pour l’ensemble des acteurs ruraux sans distinction que l’Etat a adopté la loi sur le foncier rural.

Les obligations de l’Etat

Cette loi stipule que la terre rurale constitue un patrimoine de la nation. Par conséquent, l’Etat, a-t-il soutenu, a un ensemble d’obligations relatives à la protection, à la mise en valeur et à la gestion durable dudit patrimoine dans l’intérêt des populations. Avant de déclarer ouvert l’atelier, le SG du MEF a remercié le Millennium challenge account (MCA) pour son soutien à l’organisation mais surtout pour son appui technique et financier à cette dynamique.

Réaction du chef du projet sécurisation foncière du MCA-BF, Koudregma Zongo

"Nous sommes actuellement dans une dynamique d’application d’une loi portant sur le régime foncier rural. Mais on ne peut pas aller délivrer des actes prévus par cette loi si une tarification où les taxations pour acquérir ces titres ne sont pas prévues. C’est là toute l’importance de cet atelier qui devrait amener l’ensemble des acteurs à fixer les taxes et les procédures pour obtenir l’ensemble des titres en milieu rural. Il est attendu qu’à la fin de cet atelier, les communes puissent percevoir des taxes relatives aux attestations de possession foncière mais aussi pour ceux qui prennent des hectares et qui ne les mettent pas en valeur, etc.

Dabadi ZOUMBARA

Le Pays



ARTICLES DE CETTE RUBRIQUE
  1. Planor-Cesse Kome : le Mali s’était couvert
  2. Monnaie unique CEDEAO
  3. La Junior Achievement Africa aura lieu en décembre
  4. Donald Kaberuka appelle les pays d’Afrique à valoriser le vaste potentiel économique des femmes
  5. Côte d’Ivoire : double condamnation pour Afriland First Bank
  6. Otages : la France, vache à lait d’Al-Qaïda ?
  7. Conseil des ministres conjoint Burkina Faso-Côte d’Ivoire
  8. Nouvelle tarification de l’ONEA : un ajustement de tarif moyen de 4% pour la période 2014-2018
  9. 100 millions de dollars de la Banque mondiale pour le Pôle de croissance du Sahel en 2015
  10. Bissa Gold obtient l’extension de sa mine d’or en exploitation