Accueil > Espace emploi> Outils - astuces emploi - infos utiles > Recrutement : ce qui a changé ces 10 dernières années
Recrutement : ce qui a changé ces 10 dernières années
18 septembre 2013

Vous n’avez pas été en recherche d’emploi depuis plusieurs années ? Évidemment, vous savez que les choses ont évolué, mais pour vous faire gagner du temps dans vos candidatures, Keljob dresse la liste des pratiques qui ont changé dans le monde du recrutement.

Vous n’avez pas été en recherche d’emploi depuis plusieurs années ? Évidemment, vous savez que les choses ont évolué, mais pour vous faire gagner du temps dans vos candidatures, Keljob dresse la liste des pratiques qui ont changé dans le monde du recrutement.

Du CV papier au numérique

L’avènement d’internet et des médias sociaux a donné une nouvelle jeunesse au CV. « Même s’il a subi de profondes évolutions, le CV reste un outil incontournable », explique Frédéric Schwenck, directeur des solutions de recrutement chez Hudson. Si sa forme a peu changé, son fond est passé à l’heure du web. « Puisqu’ils sont désormais envoyés par mail et traités industriellement par des logiciels, les CV doivent contenir des mots-clés pertinents au vue du poste visé », ajoute-t-il.

Une lettre de motivation directe

Les belles phrases vides de sens qui jonchaient nos lettres de motivation il y a quelques années n’ont plus leur place aujourd’hui. « La tonalité des lettres de motivation est plus directe, constate Frédéric Schwenck. Les recruteurs d’aujourd’hui souhaitent savoir quelle est la valeur ajoutée des candidats qui leurs écrivent. » Le format plus court de ces message – désormais intégrées au corps du mail - a également favorisé l’émergence d’une communication sans détour.

Des processus de recrutement plus longs

C’est l’une des conséquences de la crise économique… « Les entreprises, qui ont peu de visibilité sur leurs carnets de commandes, tentent de minimiser les risques d’un recrutement en multipliant le nombre d’entretien », décrypte Alain Jacob, fondateur du cabinet AJ Conseil. Les candidats sont désormais reçus en moyenne deux à trois fois par un recruteur. « Les processus de recrutement durent entre 6 et 8 semaines, soit 2 à 4 semaines de plus qu’il y a une dizaine d’années. »

De nouveaux outils pour se faire repérer

Les recruteurs disposent désormais de nouveaux moyens pour identifier les candidats en recherche d’emploi. « Nous ne diffusons plus nos offres d’emploi via la presse papier. Nous disposons maintenant, en interne, d’une équipe chargée de rechercher les candidats présents dans les CVthèques des jobboards et sur les réseaux sociaux », témoigne Anissa Deal, responsable du recrutement d’Accenture France.

Vendre son profil avec une autre approche

« Les candidats qui souhaitent se créer un profil sur LinkedIn ou Viadeo ne doivent pas se contenter de copier-coller le contenu de leur CV », insiste Frédéric Schwenck. Pour taper dans l’œil des recruteurs, aujourd’hui assaillis de candidatures, « mieux vaut marketer son profil et donner envie aux recruteurs de vous contacter », ajoute-t-il. Notamment en prenant la parole dans les communautés d’experts.

Des évaluations (quasi) systématiques

Des outils d’évaluation permettent désormais aux recruteurs de mesurer le degré de compétences de leurs potentielles recrues. « Nous proposons notamment aux cadres briguant des postes-clés des mises en situation d’une journée au sein de l’entreprise afin de voir comment ils se comportent en situation de stress », illustre Frédéric Schwenck. « La graphologie a, quant à elle, disparu au profit des tests de personnalité », surenchérit Alain Jacob.

Des critères plus humains

Il y a encore quelques années, le diplôme était l’un des premiers critères de sélection des recruteurs. « Il est désormais bien moins regardé que la personnalité des candidats », constate Alain Jacob. Le savoir-être d’un profil a désormais toute sa place dans le recrutement. « Nous ne recherchons plus seulement des experts techniques immédiatement opérationnels, mais aussi des profils à fort potentiel dotés d’une personnalité et ayant un vrai esprit d’équipe », confirme Anissa Deal.

Les entreprises organisent la cooptation

Pour réduire leurs coûts de recrutement, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à instaurer un système de recrutement par cooptation. Ce dispositif, qui consiste à confier à des salariés des missions de chasseurs de tête, permet par ailleurs d’augmenter le capital sympathie d’une entreprise. « Ce canal de sourcing, qui fait de nos collaborateurs des ambassadeurs du groupe, est efficace puisqu’il représente un tiers de nos recrutements », explique Anissa Deal.

Des informations plus accessibles sur les méthodes de recrutement

La relation entre les candidats et les recruteurs a, elle aussi, évolué au fil des années. Les entreprises communiquent plus volontiers sur leurs processus RH, leurs métiers et leurs politiques de diversité. Notamment à travers leur site internet, au cours de journées portes-ouvertes, de forums ou d’événements dédiés au networking. « C’est une relation de partenariat, d’égal à égal, qu’elles essayent aujourd’hui de tisser avec leurs futurs collaborateurs », conclut Anissa Deal.

keljob.com




DE LA MÊME RUBRIQUE...




FINANCES

Devises
Matières Premières

Cours des matières premières fournis par Investing.com France.
Bourses (BRVM)